17 novembre 2017

Cycle de consultation des acteurs des ENT

Cycle de consultation des acteurs des ENT

14h30-16h00

restitution publique de la synthèse. Problématique : d’avril à juillet 2013, un cycle de travail organisé par le ministère dans le cadre de la stratégie numérique, a permis de consulter les différents acteurs des projets ENT : collectivités territoriales, académies, chefs d’établissement, intégrateurs/éditeurs de solutions ENT, utilisateurs (parents d’élèves, enseignants notamment), fournisseurs de ressources, institutions en charge du cadre de référence et réglementaire.

Problématique
Dans le cadre de la stratégie numérique du ministre, annoncée en décembre 2012, le ministère a lancé un cycle de travail avec tous les acteurs des Espaces Numériques de Travail (ENT). Ces travaux visent à poser une vision partagée des ENT (rôles, organisation, acteurs, fonctionnalités etc.) et à donner un nouvel élan aux projets ENT pour les années à venir, en menant un cycle de réflexions et de partages autour des principales questions liées aux ENT.

Les représentants des différents acteurs de l’écosystème ENT sont impliqués : collectivités territoriales, académies, chefs d’établissement, intégrateurs/éditeurs de solutions ENT, utilisateurs (parents d’élèves, enseignants notamment), fournisseurs de ressources, institutions en charge du cadre de référence et réglementaire

Intervenants :
membres du groupe de travail permanent du cycle de consultation, et Bruno Devauchelle, grand témoin de la consultation 

Blogueurs Ludovia :
François Bocquet & Stéphanie De Vanssay

Une restitution de ce cycle est prévue en deux temps :

1er temps :

présentation des contributions autour de 4 thèmes (intervenants : membres du groupe de travail permanent du cycle de consultation – en cours):

  • Thème 1 : contributions de l’ENT aux pratiques et missions éducatives Patrick Arceluz et Jean-Louis Durpaire
  • Thème 2 : Pilotage des projets ENT Tony Dos Santos et Patrick Ducler
  • Thème 3 : Evolutions du marché et des technologies liées aux projets ENT Roger Masson et Thierry Cagnon
  • Thème 4 : Place des ENT dans l’écosystème des services numériques éducatifs Marie-Claude Bouvier et Michelle Elardja

10 ans après le lancement des ENT où en est-on ?

Dans le cadre de la refondation avec son volet “Faire entrer l’école dans l’ère du numérique”, le ministère a lancé un cycle de consultation de tous les acteurs des ENT (fournisseurs de ressources, porteurs de projet ENT, éditeurs de solutions ENT, utilisateurs et acteurs institutionnels). Voici donc ce qui nous en a été restitué, sachant que le travail n’est pas encore terminé et qu’un document public sera proposé prochainement.

Le détail du travail sur les différents thèmes est consultable en ligne ici : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/ENT/82/0/consultationENT_265820.zip

Dans une ambiance de “satisfaction généralisée” qui a paru bien artificielle par moments, voici quelques points saillants qui ont été abordés :

L’ENT et les réseaux sociaux

Cela pose beaucoup de questions non résolues mais c’est la première fois que la problématique était abordée dans ce cadre : Faut-il intégrer les réseaux sociaux à l’ENT ? En créer un privé ? Intervenir sur les réseaux publics pour apprendre aux élèves à gérer leur identité numérique ? Comment imbriquer les espaces ? À aucun moment n’est évoqué le fait que l’ENT puisse être considéré déjà en lui-même comme étant un réseau social !

Des préoccupations juridiques

Elles ont été nombreuses autour des droits à respecter, des données et des responsabilités des différents acteurs, 10 ans après le lancement des ENT ces questions se semblent pas réglées, à moins qu’elles ne reflètent plus de peurs que de problèmes non résolus. Il est également possible que ces questions ne soient pas correctement posées et que par conséquence il soit impossible d’y répondre.

Entre cadrage et de souplesse

La nécessité de la cohérence est omniprésente dans les propos mais semble difficile à trouver, l’ENT est tour à tour présenté comme protecteur, ouvrant sur l’extérieur, divers mais devant converger vers un ou des modèles nationaux et permettant de travailler sur tous les cycles… Généraliser et unifier ou diversifier la question n’est pas tranchée ! Pourtant le nouveau cycle à cheval sur le primaire et le collège pose la question de la continuité des ENT voire d’un ENT commun pour pouvoir travailler en inter-degré.

La mutualisation et la collaboration

Elles sont au coeur des souhaits exprimés, mais les favoriser via les ENT n’est pas chose aisée… Plus généralement nous manquons de retours et d’analyses sur les usagers, ce qu’ils font sur les ENT, ce dont ils ont besoin et envie.

Une définition de l’ENT

Elle a été construite pendant la consultation : “l’ENT est un projet de portail sécurisé (pour garantir le droit à l’erreur de l’élève) donnant accès à des services numériques collaboratifs et pédagogiques, choisis et organisés par et pour la communauté éducative d’un territoire et de ses établissements;”

Une carte mentale a été réalisée pendant la restitution. Elle reste modifiable et améliorable par ceux qui le souhaitent sur  http://www.mindmeister.com/321589632

Réaction de Bruno Devauchelle  :

  • Quelle généralisation des ENT ? le concept reste à définir ou tout du moins à préciser.
  • Un fait, les ENT sont là et correspondent à des besoins, des craintes et des attentes
  • Nécessité d’harmoniser, impossible de mettre en place les ENT dans le bricolage et l’anarchie, il faut que ça marche pour que ce soit acceptable et accepté !
  • A-t-on les moyens techniques et intellectuels de relever le défi de la complexification ? On ne peut pas concurrencer Google et pourtant il le faudrait ! Il faut aussi l’admettre quand ça ne marche pas…
  • Les mots « pédagogique » et « éducatif » sont à clarifier, ils sont fourre-tout et on oublie le didactique !
  • Mobilité versus nomadisme, interopérabilité…
  • Notion de cadre, volonté de rationalisation mais comment éviter que le cadre ne devienne une contrainte ? Le fantasme des profs persiste sur le contrôle par le Ministère via un ENT national ou sur le contrôle par les parents.

Axes de réflexions proposés par Bruno Devauchelle (@brunodev sur Twitter) :

– Il y a un affrontement entre fait scolaire et fait social qui ne sont plus au diapason depuis 10 à 15 ans, le numérique et les réseaux sociaux en sont un élément : par exemple que fait-on de l’interdiction des smartphones dans les collèges si l’ENT est accessible dessus ?

– Il y a une fausse confrontation entre LMS et ENT :  le LMS est un outil intéressant et c’est une des briques pédagogiques d’un ENT. Il est nécessaire d’arrêter les querelles car il y a une grande expérience dans les LMS et des évolutions positives (comme Spiral Connect avec les universités de Lyon1 et Louvain la Neuve par exemple)

– Il est nécessaire d’éclaircir les concepts “pédagogique” versus “éducatif” car il reste trop de confusion entre les deux notions. L’école a d’abord une action pédagogique, puis par effet de système une mission éducative mais il manque l’éducation hors de l’école. Par exemple qu’est ce que la vie scolaire ? Tout ce qui est n’est pas scolaire ! Mais les cloisonnements structurants disparaissent. On ne sait plus où sont les frontières.

Le lien avec les parents est encore chargé de fantasmes. Oui ceux-ci sont content de savoir ce qui se passe dans l’établissement mais ils ne souhaitent pas fouiller ou interférer (sauf peut être une toute petite minorité qui peut amener à des réactions disproportionnées).

– De quoi parle-t-on quand on utilise les termes “culture numérique” ? Enseigner au et par le numérique, savoir où se situe le numérique dans mes activités ?

Distinguer pédagogie et didactique : clarifier ce que l’on appelle pédagogie, et l’ingénierie didactique

Quelle place des ressources ? On n’entend pas parler des documentalistes et de la place du CDI, lieu d’où l’on accède au monde extérieur. Quels sont le rôles de ceux ci et comment les ressources sont-elles intégrées et utilisées par les enseignants et les élèves ?

Collaboratif : Avant de parler de collaboration il faut parler de communauté éducative, faire corps avec les élèves ce qui implique d’autres organisations et visions que celles en cours actuellement.

Problèmes juridiques : étonnant qu’il faille 10 ans pour aborder les questions juridiques. Ce retard est sans doute lié à un imaginaire du juridique ? Faut il s’asseoir dessus ?

L’interopérabilité va se jouer avec la mobilité et le nomadisme, elle est liée avec l’articulation vie réelle / vie scolaire. Fermer ou ouvrir, il va falloir faire des choix éducatifs radicaux. Il est indispensable de préciser ce concept également : interopérabilité entre les solutions ? intégration d’autres services et ressources mutualisées issues de prestataires publics ou privés, récupération par les enseignants et les élèves de leur informations et documents lors de changement d’établissement, …

L’harmonisation est à rechercher sinon ce seront des opérateurs externes non coordonnés qui obligeront l’école à s’adapter à leur solution (NDLR : l’ombre de Google plane encore à ce moment de l’exposé).

– Qui sont les vrais usagers des ENT ? Les données sur les retours d’usages sont nettement insuffisantes. Il faut interroger les élèves, les profs, les parents et l’institution, tenir compte de leurs besoins, préparer un livret d’accueil (pas un mode d’emploi) et rendre les ENT plus affordants (évident à utiliser et répondant à des besoins partagés par le plus grand nombre).

Pour conclure, face à l’imaginaire sur le développement des ENT notamment lié à une sous information des problèmes techniques ou fonctionnels rencontrés, les institutions doivent avoir le soucis d’expliquer aux gens et de mieux communiquer.

NDLR : un document papier assez volumineux a été remis pendant la session mais celui ci ne semble pas disponible en ligne dans l’attente d’une publication validée et définitive sur le site du ministère.

François Bocquet et Stéphanie de Vanssay 

 

Trackbacks

  1. […] Lire le détail sur le site de LudoviaTV […]

  2. […] Lire le détail sur le site de LudoviaTV […]

Commentaire

*